Handball

Handball – Bleus : Prandi, héros du dernier Euro, revient sur ce moment où il avait failli perdre la vie


Publié le 8 février 2024 à 17H51

Héros de la qualification de ces Bleus finalement sacrés en finale du dernier Euro, Elohim Prandi était passé tout près de la mort deux ans plus tôt. Un épisode qui aurait pu s’avérer dramatique sur lequel l’artificier du PSG et de l’équipe de France est revenu cette semaine.

Lorsque Elohim Prandi, sur ce coup-franc venu d’ailleurs marqué à la fin du mois de janvier dernier à la dernière seconde de la demi-finale contre la Suède, a évité une porte de sortie qui semblait grande ouverte à l’équipe de France lors du dernier Euro, deux jours avant que les Bleus ne décrochent leur premier sacre européen depuis 2014, les supporters français ainsi que les coéquipiers de l’artificier devenu le héros de tout un peuple ce 27 janvier 2024 n’ont pensé qu’à une chose : la satisfaction de rester en course après avoir vu l’élimination de tout près. Le jeune arrière gauche du PSG, lui, a forcément eu à l’esprit cette soirée du 1er janvier 2022 au cours de laquelle il s’était retrouvé entre la vie et la mort après avoir reçu six coups de couteau dans un bar. Prandi n’était pas revenu sur cet épisode très compliqué qui aurait pu s’avérer dramatique à chaud, après avoir foudroyé le gardien suédois sur ce missile déclenché à la vitesse de 118 km/h. Cette semaine, dans l’émission Clique sur Canal Plus, le grand bonhomme du dernier Euro s’est replongé sur cette soirée du nouvel an 2022 dont il aurait pu ne jamais se relever, « tout ça pour une bagarre pour une bouteille d’eau ».

Prandi : « On parle de cette sensation de partir et de s’endormir, ça m’est arrivé »

« Je demandais une simple bouteille d’eau, je m’accoude, je me fais un peu bousculer, donc ma propre bouteille d’eau, je la fais tomber sur le côté, je m’excuse et hop, échauffourée. Je prends direct une beigne, j’ai le nez qui coule et c’est parti de là : un de mes amis est venu aussi pour cogner, un autre aussi, et entre temps, un mec avait pris un couteau et avait fait le tour du bar, et il m’a planté six fois au niveau du dos. Dans l’adrénaline, je ne l’ai pas senti (…) On parle de cette sensation de vouloir s’endormir et de se sentir partir, et ça m’est arrivé », s’est remémoré Prandi, dont le pronostic vital avait à l’époque été engagé (ses poumons, ainsi que d’autres organes, avaient été touchés) et ravi non seulement d’être en vie mais d’être devenu l’homme et le handballeur qu’il est aujourd’hui. « Moi qui suis plutôt discret me concernant au sujet de mes émotions, je suis fier de ce que je suis devenu après ça et de l’homme que je deviens au fur et à mesure et j’aime ce que je deviens aussi : je suis joyeux, heureux tout simplement. » Il l’est encore davantage quand il revisionne son exploit de janvier dernier. « Cela me fait toujours autant de frissons. Pas le but en lui-même, mais cette ferveur… » Un moment unique dans une vie qu’il aurait pu ne jamais connaître.

Handball

Handball – Coupe de France (H/Quarts de finale) : Montpellier et Nantes ont tenu leur rang

Publié le 3 février 2024 à 22H05 – mis à jour le 3 février 2024 à 22H08 Mathieu Warnier Sans
Handball

Handball – Ligue des Champions (F/J12) : Brest contraint au nul à Odense

Publié le 3 février 2024 à 18H25 – mis à jour le 3 février 2024 à 21H19 Mathieu Warnier Alors